LA SOCIÉTÉ
 
DOMAINE D'ACTIVITÉ
Carburants
Lubrifiants
PRODUITS
Tests
Biocides
EXPERTISES
Carburants
Filtres
FOIRE AUX QUESTIONS
 
CONTACT
- Domaine d'activité › Carburants › Aviation -


AVIATION

Le carburéacteur, plus communément appelé kérosène, est le produit pétrolier destiné à l’alimentation des avions à réaction. Si les turbines à gaz terrestres se satisfont de carburants variés, les contraintes inhérentes à l’application aéronautique font du carburéacteur un produit aux spécifications sévères et qui est, de plus, soigneusement contrôlé à différents stades depuis sa fabrication jusqu’à son utilisation.

Le carburant utilisé dans les avions à réaction est normalement stocké dans les ailes et l’eau s’accumule par condensation de l’air humide dans la structure froide de l’aile. Il y a précipitation de l’eau dissoute dans le carburant lorsque l’aile se refroidit. En vol, la température est trop basse pour permettre la croissance des germes; à vrai dire les cycles répétés de refroidissement peuvent conduire à la destruction de certains germes. La croissance ne peut se produire que lorsque l’avion est au sol. De ce fait, la biocontamination apparaît généralement sur les avions sous-utilisés, en particulier les avions militaires. Ce phénomène est aggravé sous les tropiques où les températures élevées conduisent à une croissance plus rapide des micro-organismes.

Les principaux problèmes sont dûs au développement des champignons, en particulier l’Aspergillus fumigatus et le Cladosporium resinae.

Etude d’une contamination sur un biréacteur d’affaires

Il y a trois ans, un jet d’affaires biréacteur, construit en 1975, appartenant à une importante société française, a eu des problèmes de contamination de réservoir par des champignons  Cladosporium resinae après un plein de carburant sur un aérodrome d’un pays de l’Est, à faible trafic donc faible rotation du kérosène en stock.

Récemment, cet appareil a présenté à nouveau des problèmes de contamination de carburant avec colmatage des filtres carburant toutes les 50 heures pour le moteur gauche et toutes les 100 heures pour le moteur droit.

Après analyse microbiologique du kérosène, on a trouvé les résultats suivants :

 

 Analyse microbiologique du kérosène

 

Echantillon

Bactéries par ml de kérosène

Levures par ml de kérosène

Champignons par ml de kérosène

 

Réservoir

30

0

0

Moteur droit

500

0

200

Moteur gauche

600

0

1600

On note un nombre élevé de champignons dans le carburéacteur du moteur droit : 200 champignons par millilitre et surtout du moteur gauche : 1600 champignons par millilitre, correspondant à un colmatage du filtre du moteur gauche plus rapide que celui du moteur droit.

L’examen microscopique de ces champignons montre qu’ils appartiennent à la même espèce que l’on a identifiée comme étant le Cladosporium resinae. Ce champignon est un agent de pollution du carburéacteur pouvant provoquer l’obstruction des filtres et des circuits carburant ainsi qu’une corrosion des réservoirs d’avions.

Suite à ces résultats, le seuil de 1000 germes par millilitre ayant été franchi sur le moteur gauche, un traitement curatif a été effectué avec du BIOBOR JF, additif biocide pour carburant aviation, à la concentration de 270 ppm dans des réservoirs remplis au tiers de leur capacité. Ce carburant traité a été brûlé après dilution avec du kérosène à 135 ppm, au point fixe en faisant tourner les deux réacteurs de l’avion pendant 2h30.

Cet avion a pu reprendre l’air après cette décontamination du carburant et un nouveau plein.